Ce que l'on désigne par "1% artistique"

Le "1% artistique" (fruit d'une loi intitulée "d'obligation de décoration des bâtiments publics") confie aux artistes plasticiens d'imaginer des œuvres qui seront intégrées à chaque construction nouvelle. Cette loi date de 1951 et ne concerne d'abord que les établissements scolaires. Elle sera jusqu'en 1993 maintes fois étendue (aux administrations de tout genre, aux chaussées etc). Le 1% forme aujourd'hui une sorte de musée à ciel ouvert reflétant à sa façon les tendances artistiques des 50 dernières années. Ainsi sommes nous passés d'un grand nombre de mosaïques et de bronzes figuratifs aux formes d'une abstraction libre, aux géométries simples - comme pour le premier 1% du collège Pierre de Ronsard -, aux codes-couleur intégrées à l'architecture, aux projets paysagers et jusqu'aux musiques d'ascenseurs, du visible à l'invisible, de l'expressif au conceptuel, du ludique au commémoratif, du monumental à l'inframince et ainsi de suite.
Nous sommes aujourd'hui un certain nombre de créateurs à revoir ces formes, leurs réussites, leurs échecs, leurs modes d'intégration à l'architecture, leurs valeurs d'usage, le champ relationnel, surtout, où elles seraient activées et qu'elles activeraient .

C'est là ce que nous avions en tête en répondant à l'appel pour le collège Pierre de Ronsard. Nous voulons que ce projet nous concerne au sens le plus large possible. Nous voulons que ce projet soit "public", non seulement en raison de son emplacement (un bâtiment public) mais encore en adressant publiquement son propos, mais encore en se livrant à la chose publique, en faisant acte dans la cité. Nous voulons, d'autre part, que ce projet soit lié à la spécificité de ce lieu; un espace d'enseignement et d'éducation, un collège en général et en particulier. Nous souhaitons aussi que, loin d'une réponse univoque à nos interrogations, le projet propose de partager et d'ouvrir nos questionnements. Nous souhaitons donc réaliser ce projet non comme une forme figée mais comme un cheminement, non comme une réponse apportée mais comme un espace révélateur d'une problématique.